Textes

« Dounia Ismaïl sonde les interactions entre le réel et la fiction, où elle cherche le point de basculement d’une situation banale à l’avènement de la poésie et du merveilleux. Pour ses performances, vidéos ou installations, elle rejoue (avec des modifications, déplacements, augmentations) ces non- événements prélevés dans le quotidien, en leur donnant un équivalent artistique dont le potentiel symbolique ou spectaculaire est souvent mis à l’épreuve de la déception. Cela produit des bribes de situations, saynètes décomposées, une «dé-narration» qui laisse des espaces à compléter par le spectateur, directement et physiquement impliqué dans l’expérience poétique.
Il y a quelques idées importantes dans sa pratique. Celle de la déambulation par exemple, qui est une forme récurrente dans son travail et aussi parfois le mode de production des travaux. La temporalité également, est au coeur de la démarche. Le temps de l’attente, puis celui de l’action, le temps de l’ennui, le temps dans son rapport à l’espace, le temps du regard et de la contemplation.
L’ensemble des propositions peuvent fonctionner comme des tableaux vivants. Ce sont à la fois des images, des actions, des situations, des possibilités de récit. La présence des différents acteurs est importante aussi. Elle positionne le spectateur dans une égalité à eux (jeu de confusion entre spectateurs et acteurs), mais aussi dans un face à face (dialogue). On se retrouve dans un espace peuplé, dans un environnement où transitent d’autres entités. »

Julie Portier, 2015.